ACCUEIL - EXPOSITION - Des arts du livre - La cartographie

Exposition

ACCUEIL - EXPOSITIONS - Des arts du livre - La cartographie

Carte lorraine

La carte chorographique de Lorraine.
Première représentation de la Lorraine

La cartographie en lorraine

Le grand projet du chanoine Vautrin Lud, fondateur du Gymnase vosgien, est dès l’origine de proposer une impression mise à jour de la Géographie de Ptolémée. Il semble que René II ait souhaité que parmi les nouvelles cartes ajoutées à la version antérieure de cet ouvrage en figure une représentant ses domaines. C’est le cartographe Martin Waldseemüller, recruté dès 1505 par le Gymnase de Saint-Dié, qui est à l’origine de cette carte imprimée de l’espace lorrain.

René II meurt en 1508 probablement sans voir le projet achevé. Mais grâce à l’adresse au lecteur que Waldseemüller édite en tête des nouvelles cartes on peut supposer que celles-ci ont été dessinées avant la mort du duc.

La première carte de la Lorraine

A la fin du volume, la première carte imprimée de la région lorraine présente aussi la particularité d’avoir été imprimée en trois couleurs (noir, rouge et vert), avec trois bois gravés différents. Sa lecture impose de faire un effort d’imagination pour nos esprits habitués à situer le Nord en haut d’une carte. En effet, ici le sud est en haut, le nord en bas, l’est à gauche et l’ouest à droite. L’espace lorrain ainsi représenté donne une cohérence à deux territoires rassemblés en un seul : la « Lotharingia » (duché de Lorraine) et le « Vastum Regnum » (Westrich) dont les blasons sont visibles en haut du document. En revanche, le Barrois mouvant occupé par les français à cette époque et Verdun ville d’Empire sont rejetés au-delà des marges de la carte. Il est légitime de penser que le cartographe a bien répondu à une commande de René II destinée à démontrer l’unité politique de ses territoires, à travers leur représentation géographique.

A noter : l'exemplaire possédé par la bibliothèque de Nancy comporte un dessin manuscrit au centre de la carte. Il représente vraisemblablement une cigogne posée sur son nid, symbolisant certainement l'importance de la ville de Port. En effet se construit à ce moment-là la basilique Saint-Nicolas (de 1481 à 1545) qui aura la renommée que l'on connaît et donnera par la suite son nom à la commune qui l'abrite.

Avant Mercator

Au moment de la réalisation de cette édition, le système de projection que nous connaissons sous le nom de son inventeur, Mercator, n’existe pas encore. Martin Waldseemüller s’est donc basé sur des récits de description des lieux pour établir ses cartes et rester le plus proche possible de la réalité du terrain. Les techniques utilisées au XVIe siècle sont en constante évolution, notamment en ce qui concerne les plans de villes, souvent assez précis pour servir un but stratégique.