ACCUEIL - EXPOSITION - Des hommes - Nicolas Remi : un personnage confondant

Exposition

ACCUEIL - EXPOSITIONS - Des hommes - Nicolas Remi : un personnage confondant

Page de titre

Nicolas Rémi, Daemonolatreiae..., Lyon : Vincent, 1595.
Page de titre.

Nicolas Remi : un personnage confondant

Né à Charmes (Vosges) entre 1525 et 1530, il fut successivement lieutenant général du bailliage de Mirecourt en 1570, secrétaire du Duc Charles III en 1575, membre du tribunal des échevins de Nancy de 1576 à 1591, procureur général près la Chambre des comptes de Lorraine de 1591 à 1606, membre du Conseil privé du duc en 1589. Nicolas Remi, personnage inquiétant s'il en fut, a marqué la Lorraine d'une empreinte sulfureuse : ne se vante-t-il pas, dans La Démonolâtrie, l'ouvrage qui l'a rendu célèbre, d'avoir fait périr par le feu, durant le temps de sa pratique de procureur général, soit seize années, plus de huit cents sorciers et sorcières ? Il ajoute que huit cents autres ont échappé à ce sort, qu'ils aient survécu aux tortures ou réussi à fuir. Les enfants n'échappent pas à la mort et constituent un danger tout aussi grand que leurs parents. Si l'on invoque l'indulgence, il rétorque d'une phrase qui pourrait être sa devise "la sévérité salutaire doit l'emporter sur la vaine clémence".

La traque des démons

Ce qu'il traque ? La magie maudite, le vénéfice, c'est-à-dire l'empoisonnement criminel, et les démons qui agissent dans la haine de la pureté et de la religion.
Il s'attache essentiellement à montrer comment s'y prennent les démons pour séduire hommes et femmes, les conservant sous leur emprise, littéralement esclaves. De l'aveu même du procureur démonophobe "les femmes plus que les hommes" sont ciblées. Quantité de faits extravagants cités par Remi rendent les esprits rationnels perplexes. Dénoncer ces faits, forcément démoniaques, apparaît comme une nécessité dans une société imprégnée de religiosité. Les poursuites sont fortement encouragées par l'Église catholique, particulièrement en Lorraine, terre de Contre-Réforme. Il ne faut pas s'en étonner : si l'Inquisition médiévale a disparu depuis un siècle environ, l'Inquisition espagnole, bien connue de notre procureur, est d'instauration récente. Avec les guerres de religion, la chasse aux sorcières s'intensifie. Dans ce contexte et avec la formation de clerc et de magistrat qu'il a reçue, Nicolas Remi semblait prédestiné au rôle de juge implacable qui a fait de lui le Torquemada Lorrain.

 

EN SAVOIR PLUS