ACCUEIL - EXPOSITION - Des idées - Le gymnase vosgien

Exposition

ACCUEIL - EXPOSITIONS - Des idées - Le gymnase vosgien

Colophon de la <em>Cosmographiae introductio</em> de Waldseemueller

Marque typographique du Gymnase Vosgien

Le gymnase vosgien

En 1490, le chanoine Vautrin (ou Gauthier) Lud crée à Saint-Dié-des-Vosges une école des Frères de la vie commune. Relevant directement du Saint Siège, cette école ecclésiastique est considérée comme moderne, notamment en raison de son atelier d’imprimerie destiné à permettre la publication et la diffusion de ses travaux scientifiques.

Un ensemble remarquable d'érudits

Le chanoine sait s’entourer d’humanistes, chacun spécialiste dans son domaine, tels que : Mathias Ringmann, helléniste et correcteur d’imprimerie, Jean Basin, latiniste et disciple de Pierre de Blarru, Martin Waldseemüller, cartographe allemand, et même son neveu Nicolas Lud qui héberge l’atelier d’imprimerie à son domicile et en assure la gestion.

Des publications dans tous les champs du savoir

Parmi les publications que l’on doit au Gymnase vosgien – c’est le nom qu’a choisi de se donner le collectif de savants – on trouve bien sûr la Cosmographiae Introductio mais aussi un livre de grammaire à l’usage des écoles agrémenté de gravures humoristiques par Mathias Ringmann, un manuel d’écriture latine par Jean Basin, ou encore l’éloge funèbre de René II composé par Jean Aloys. A la mort de Mathias Ringmann en 1511, l’activité du groupe se trouve ralentie, en particulier pour des raisons financières. Les publications des travaux en cours se feront dorénavant sur les presses de Strasbourg ou de Saint-Nicolas-de-Port.

Au début des années 1990 nombre d’érudits se penchent sur l’histoire du Gymnase de Saint-Dié et on va jusqu’à créer un prix Vautrin Lud, parfois surnommé le Nobel de géographie. Il est décerné tous les ans à l’occasion du Festival international de géographie qui se tient au mois d’octobre dans la petite ville vosgienne.